Michel Piscopo Hypnose Qui suis-je ?

Qui suis-je ?

Je suis Michel Piscopo, Maître Praticien en Hypnose Sajece et Coach de vie certifié, spécialiste de la psychologie du comportement.

Formé par Camille Griselin (fondatrice de l’Hypnose Sajece) et par son équipe, j’utilise cette technique fondamentale, douce et bienveillante en travaillant sur la source du problème, le côté émotionnel, l’enfant intérieur.

L’hypnose SAJECE a été créée en 2009 par Camille GRISELIN.

Contrairement à l’hypnose Ericksonienne qui est très directive, la méthode SAJECE est une hypnose intuitive, guidée par notre inconscient. Il n’y a pas d’anamnèse (brief de départ très court), pas d’ordres, pas de visualisation trop présente, ce qui permet aux personnes « non-visuelles » de pouvoir aussi se laisser emmener par les histoires que je vous raconte lors de la séance. Elle permet d’apporter une solution efficace et durable. L’objectif est d’amener votre inconscient à faire toutes les réparations nécessaires en vous, pour votre bien-être et votre bonheur.

Rassurez-vous, votre inconscient ne fera que ce qui lui semble bon pour lui-même et pourra interrompre la séance s’il en a envie.

Je suis également formé au coaching avec une spécialité sur la psychologie du comportement et j’utilise également l’EFT comme technique de libération émotionnelle.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quelques Idées reçues sur l’HypnoseQuelques Idées reçues sur l’Hypnose

1- Peux-ton influencer une personne à son insu avec l’hypnose ? 

La réponse est clairement NON !

La peur de dire des choses secrètes ou de perdre le contrôle sous hypnose existent. Or, vous ne faites jamais rien contre votre gré. L’hypnose fonctionne uniquement si vous êtes d’accord avec ce qui se passe. Si cela va à l’encontre de vos valeurs profondes, vous ne le ferez pas. Nous ne dormons pas en hypnose, le conscient est toujours présent et nous avons des “gardes-fous” pour nous protéger si quelque chose ne nous convient pas.


Dans les spectacles d’hypnose, le public a acheté les billets pour assister au spectacle. La curiosité est très présente, une ouverture d’esprit sur le sujet est là pour un certain nombre de spectateurs. L’hypnotiseur fait ensuite des tests et met tout le monde en léger état d’hypnose pour repérer les personnes les plus réceptives. En effet, en moyenne, 10% de la population part plus rapidement en état d’hypnose que les autres. Ce qui apporte le coté spectaculaire de l’hypnose : des personnes consentantes et qui ont ces facilités à entrer en hypnose assurent un show impressionnant.


Dans un autre cadre, celui thérapeutique, le principe est très différent : il s’agit de réapprendre la gestion de ces émotions pour ne plus en être “esclave”. Le travail se base sur l’élimination du négatif qu’on ne souhaite plus avoir pour installer les éléments positifs que l’on aimerait. Les personnes sont également consentantes pour pouvoir avancer et résoudre leur problème. Ce n’est pas pour autant qu’elles vont révéler des secrets qu’elles ne souhaitent pas divulguer ou perdre leur contrôle.

2- Est-ce que l’on risque ne pas se réveiller en hypnose ? 

Bien sûr que non !

On n’a jamais entendu parler (dans un média ou autre) qu’une personne serait resté définitivement endormie après une séance d’hypnothérapie. Au mieux, la personne hypnotisée sort de son état avec l’aide de l’hypnotiseur (ou elle-même en cas d’auto hypnose).

   Ou bien, elle plonge dans le sommeil physiologique normal après son induction hypnotique et donc, s’éveillera naturellement après un petit sommeil réparateur.

3- L’hypnose c’est de la magie… 

Et bien pas du tout puisqu’aujourd’hui l’hypnose est enseignée dans le milieu médical à des médecins, des anesthésistes.

C’est une TECHNIQUE ! Elle s’apprend soit dans le cadre d’un stage, séminaire, ou bien dans certaines méthodes et livres spécialisés. Tout le monde peut apprendre par exemple à s’auto-hypnotiser.

En quelques jours, on maîtrise la technique pour être autonome et le produire sur soi-même à volonté. 

4- Je ne suis pas réceptif !

Le terme hypnose fait référence à un état de conscience, différent de celui dans lequel nous sommes une grande partie du temps, commun à l’être humain et auquel nous accédons plusieurs fois dans la journée. De ce fait, nous sommes tous sensibles à l’hypnose.

Il s’avère que parfois, par crainte de perdre le contrôle ou tout simplement par manque de confiance vis-à-vis de l’opérateur, certaines personnes résistent à se “laisser-aller”. Si tel est votre cas, rassurez-vous, votre thérapeute connait bien les mécanismes qui permettent d’avoir l’expérience de faire de l’hypnose en toute sécurité et saura vous proposer la technique la plus adaptée. 

Tout le monde est hypnotisable, simplement pas dans les mêmes conditions.

C’est un état naturel, chacun y va régulièrement dans sa journée. Vous ne vous en rendez simplement pas compte : un film, un livre qui vous emporte, qui vous procure une émotion forte, vous vous sentez complètement dedans, vous le vivez comme si c’était en partie vous, même si vous savez consciemment faire la différence. Vous êtes dans un autre état de conscience. Certaines personnes sont plus rapides à aller dans cet état d’hypnose que d’autres mais tout le monde y va, à son propre rythme. La condition primordiale est avant tout, une part de vous-même qui est d’accord.

5- En hypnose, on dort et l’on est plus maître de soi

Non. En réalité, le terme d’hypnose vient du latin Hypnos, le Dieu du sommeil.

La seule comparaison s’arrête à un état physiologique qui lui ressemble (fermeture des paupières, respiration lente, …). A la différence du sommeil physiologique, le sujet sous hypnose entend tout ce qu’on lui dit. Le terme de sommeil hypnotique n’est sans doute pas approprié et est la source de fantasme principal sur ce sujet. Je dirais plutôt que la personne est dans un état de conscience modifiée, ce qui répond également à la question de savoir si l’hypnose est dangereuse, et la aussi, la réponse est non.

 6- L’hypnose va réveiller notre passé et nos mauvais souvenirs

C’est complètement faux.

Nouvelle idée reçue qui a la vie dure, celle qui voudrait que l’hypnose nous fasse revivre des souvenirs désagréables de notre vie, ou fouine dans notre passé à la recherche d’un secret caché… Pas du tout. L’hypnose est un procédé utilisé pour accéder aux ressources de notre inconscient. Elle ne cherche pas à récolter des informations mais à activer des processus pour résoudre tel ou tel problème. À l’image d’une mise à jour d’ordinateur. Sauf qu’ici, il s’agit d’une mise à jour de notre processeur interne. L’hypnose peut-être utilisée pour mieux gérer le stress, accompagner une perte de poids, se débarrasser d’une phobie ou d’une addiction (tabac, nourriture, alcool, médicament, drogue).

7- L’ hypnose est elle efficace ?

La réponse est oui comme l’indique cette étude que le Docteur Alfred A Barrios, de l’Université de Californie, à Los Angeles (UCLA), publia dans l’American Heath Magazine, V7, Meridien Peak Hipnosis, le comparatif suivant entre différentes approches thérapeutiques et l’hypnose:

  • Psychanalyse : 38% des patients, estiment “ressentir des changements” après 600 séances de travail.
  • Thérapies Comportementales Cognitives : 72% des patients consultés, estiment “ressentir des changements”, après 22 séances de travail.
  • Hypnose : 93% des patients, estiment “obtenir des résultats”, après 6 séances de travail.

L’Ennéagramme : Cet outil puissant.L’Ennéagramme : Cet outil puissant.

L’ennéagramme est utilisé dans le contexte professionnel et dans la relation psychothérapeutique. Il sert d’instrument d’analyse caractérielle en milieu thérapeutique. 

On utilise l’ennéagramme en milieu professionnelle pour prévenir les accidents de travail, améliorer la productivité et gérer les ressources humaines mais on peut également l’utiliser en psychologie et en développement personnel pour mieux comprendre son mode de fonctionnement.

L’ennéagramme, qu’est-ce que c’est ?

Du grec ennea qui signifie « neuf » et gramma qui veut dire « signe », l’ennéagramme est un modèle de personnalité qui permet de comprendre le mode de fonctionnement d’un individu donné.

En effet, cet outil permet d’identifier précisément le profil d’un individu et ses caractéristiques de personnalité, en prenant en compte les différentes facettes de sa personnalité.

Il est représenté sous la forme d’une figure géométrique composée d’un cercle et de 9 pointes, chaque pointe correspondant à un profil de personnalité.

Certains profils étant reliés entre eux par une flèche, ce qui en fait un modèle dynamique puisqu’il accorde de l’importance aux liens entre les 9 types.

Les 9 types de personnalité.

Motivation : la perfection
Peur : l’erreur
Les personnes de profil 1 recherchent la perfection, elles visent l’excellence. D’une grande rigueur, elles mettent tout en œuvre pour obtenir une reconnaissance sociale. Elles sont très consciencieuses dans le cadre professionnel et travaillent sans relâche.

Motivation : l’amour
Peur/évitement : ses besoins
Les personnes du profil 2 sont reconnues pour leur engagement envers autrui. Elles cherchent sans cesse à faire plaisir. Dotées de grandes qualités pour comprendre les besoins des autres, elles s’emploient à les satisfaire sans attendre d’être sollicitées. 

Motivation : la réussite
Peur : l’échec
Les personnes du type 3 se caractérisent par leur capacité à réussir et relever tous les défis. Très attentifs à leur image, ils cherchent à être admirés, ils s’identifient à ce qu’ils font, à ce qu’ils réussissent. Charmeurs, séducteurs, ils sont très habiles sur le plan relationnel.

Motivation : l’authenticité
Peur : la banalité
Les personnes du profil 4 sont reconnues pour leur originalité et leur goût de l’esthétique. Elles sont imaginatives et créatives. Non conformistes, ils mettent tout en œuvre pour marquer leur singularité.

Motivation : la connaissance
Peur : le vide intérieur
Les personnes de profil 5 sont cérébrales et cultivées. Elles ont besoin de comprendre les processus de fonctionnement des choses et sont avides de connaissances. Souvent en retrait, les profils 5 observent, analysent, réfléchissent. 

Motivation : la loyauté
Peur : la déviance
Les personnes de profil 6 sont reconnues pour leur loyauté. Ce sont des équipiers vaillants, très respectueux des autres, et sur lesquels on peut compter. Leur engagement est sans faille. Ils cherchent à se fondre dans la masse pour ne pas attirer l’attention. 

Motivation : la joie
Peur : la souffrance
Le profil 7 se distingue par sa joie de vivre et sa bonne humeur. Généralement extravertis, séducteurs, et légèrement enfantins, les profils 7 sont appréciés pour leur entrain. On dit d’eux qu’ils sont des “rayons de soleil”. Dans le cadre professionnel, elles sont reconnues pour leur inventivité et leur optimisme. 

Motivation : la puissance
Peur : la faiblesse
Les personnes de profil 8 sont reconnues pour leur force et leur courage. Elles mènent la vie comme un combat. Pour elles, le monde extérieur est menaçant, régi par la loi du plus fort. Ce sont des personnes de pouvoir, protectrices pour leur famille et leur garde rapprochée. 

Motivation : l’harmonie
Peur : les conflits
Les personnes de profil 9 sont reconnues pour leur ouverture d’esprit et leur tolérance. De compagnie agréable, dotées de qualité d’écoute, elles mettent à l’aise. Elles écoutent attentivement et acceptent les points de vue de chacun ; elles sont faciles à vivre. Dans les groupes, elles se positionnent en médiateur et apaisent les tensions. 

Pour chacun des neuf types de base, de nombreuses nuances offrent un ajustement très fin qui reflète bien l’unicité de la personne, tout en donnant des informations précises et concrètes sur son fonctionnement et ses capacités.

En tant qu’outil thérapeutique, l’ennéagramme permet :

  • Repérer les automatismes que les êtres humains mettent en place pour comprendre le monde, s’adapter et se relier aux autres.
  • Mieux se connaître tant sur le plan personnel que relationnel, affectif et professionnel.
  • Mieux comprendre les autres et donc développer la communication, l’acceptation et la compassion.
  • Évoluer vers la réalisation de soi.

Ce modèle part du principe que chaque individu possède plusieurs facettes, dont une facette dominante qui est celle que l’individu a développé en premier durant son enfance et qui l’a conduit à adopter des automatismes qui peuvent lui desservir.

Grâce à l’ennéagramme, l’individu va pouvoir prendre conscience de façon détournée des habitudes et des schémas répétitifs qu’il a mis en place depuis son enfance. Ces informations, qui prennent en compte les limites et les forces de l’individu, vont lui permettre de s’améliorer et d’évoluer positivement.

D’où vient l’ennéagramme ?

C’est le maître spirituel Georges Ivanovitch Gurdjieff qui a rendu l’ennéagramme populaire en Occident au début des années 1920 sans pour autant l’avoir expliqué de manière précise.

En 1960, Oscar Ichazo théorise et enseigne les fondements de l’ennégramme en Bolivie et au Chili. Il exporta sa théorie dix ans plus tard aux Etats-Unis où il a créé l’institut Arica.

Un de ses élèves, Claudio Naranjo, décida de lier l’ennéagramme à la psychologie, ce qui lui donna tout son intérêt thérapeutique.

 L’ennéagramme dans le développement personnel

L’ennéagramme est très efficace pour les individus souhaitant entamer une démarche de développement personnel puisque c’est avant tout un outil d’observation de soi.

Cet outil est utilisé par certains praticiens afin de valoriser le potentiel de leurs patients et les conduire vers une évolution positive d’eux-mêmes et à une meilleure connaissance de leur façon de fonctionner.

Il est également utilisé dans le monde de l’entreprise où il sert à prévenir les risques psycho-sociaux, à mieux gérer une équipe et à améliorer la productivité.

Les blessures du silenceLes blessures du silence

Une femme a disparu. Son mari évoque un suicide, ses parents affirment qu’elle a été tuée, ses collègues pensent qu’elle s’est enfuie avec un amant. Et si tous se trompaient ? Qui croire ? Qui manipule qui ?
Après le décès d’une proche et deux ans de recherche sur les mécanismes de l’emprise et de la perversion, Natacha Calestrémé dépeint les effets du harcèlement conjugal, les silences qui accompagnent cette violence invisible, les pièges dans lesquels tombe l’entourage… et donne au cœur de ce roman des clefs pour s’en libérer.

La quatrième enquête de Yoann Clivel.

Les lecteurs en parlent :

Un « polar guérisseur » d’une grande utilité.

Cette lecture, c’est comme si je retrouvais ma route après m’être perdue pendant de longues années. 

Ce polar guérisseur inclut deux protocoles au cœur de son intrigue : le protocole 5 pour récupérer l’énergie que l’on a perdue après une épreuve et le protocole 6 pour celle que l’on nous a prise lorsqu’on a été déstabilisé.

A lire absolument.